Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 18:19

 

A 15 h comme prévu, Delphine Batho s’est expliquée sur son attitude et son limogeage. Ecartée du Ministère de l’Ecologie mardi matin après avoir qualifié le budget de « mauvais », Delphine Batho déclare «avoir commis ni une erreur, ni une faute » et ne pas « avoir manqué à la solidarité gouvernementale » dénonçant l’absence de débat collégial sur les orientations budgétaires et précisant « le Premier Ministre a décidé cette année de changer de méthode d’arbitrage, sans discussions directes avec les ministres concernés (...) C’est fini la collégialité au sein du gouvernement ». Raisons de la discorde : Delphine Batho refuse l’amputation du budget de l’ADEME. Elle voulait des signaux forts en faveur de l’écologie à travers les investissements d’avenir et la fiscalité écologique et « ces demandes n’auraient pas été considérées comme raisonnables ». Pour les investissements d’avenir, la part attribuée à l’écologie « ne peut pas être résiduelle ou inférieure à ce qui a été consacré  lors du précédent quinquennat » et pour la fiscalité verte, « l’évolution de la fiscalité des carburants doit être entièrement restituée aux français » a-t-elle précisée.

 

« Les forces résistantes au changement sont puissantes»

 

Delphine Batho a évoqué « certaines forces économiques »  dans le secteur des gaz de schistes et du nucléaire « qui ne se sont pas cachées de vouloir sa tête ». « Si le gouvernement avait été solidaire, certaines forces économiques n’auraient pas eu ma tête ». Elle a cité en particulier l’entreprise Vallourec intéressée par l’exploitation des gaz de schiste dont le patron aurait annoncé il y a quelques temps aux Etats-Unis devant ses salariés  « sa marginalisation ». Si « les forces résistantes au changement sont puissantes », Delphine Batho a toutefois découvert une réalité contrastée « avec des forces économiques qui ont intérêt à la transition énergétique et qui ne se font pas assez entendre. »

 

Delphine Batho « assume sa responsabilité de lanceuse d’alerte ». Elle n’a pas de projet précis, mais envisage de se mettre au service d’ONG comme la Fondation Nicolas Hulot. L’ex-Ministre de l’Ecologie qui ne pensait pas être virée, mais « imaginait provoquer une discussion » reste positive. Bien que « très exposé à l’action des lobbies », le Ministère de l’Ecologie est « le Ministère du possible, de l’avenir ».

 

Delphine Batho n’a pas « de dernier message ». On a eu sa tête, mais pas son âme et il semble bien qu’une fervente écologiste soit née.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Adrien 05/07/2013 10:53

C'est quand même dommage de devoir en arriver là à cause des lobbys comme celui pour le gaz de schiste ! Ce licenciement n'est pas tolérable selon moi car Delphine Batho paie le prix fort pour
avoir dit tout haut ce qu'elle pensait !
Il faut cependant continuer à soutenir l'écologie et les énergies renouvelables !

Présentation

  • : Une autre énergie est possible
  • Une autre énergie est possible
  • : Les énergies renouvelables, leurs enjeux et leurs usages au quotidien.
  • Contact

Profil

  • Mijo
  • Journaliste indépendante.
 
J'espère, à travers ce blog, contribuer à alimenter un débat démocratique sur nos choix énergétiques.
Un peu la tête dans les étoiles certes, mais les pieds sur terre dans des baskets bleues. Twit: Colorwatt
  • Journaliste indépendante. J'espère, à travers ce blog, contribuer à alimenter un débat démocratique sur nos choix énergétiques. Un peu la tête dans les étoiles certes, mais les pieds sur terre dans des baskets bleues. Twit: Colorwatt

Recherche

Liens