Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 17:44

 

Mercredi 20 février, quelques jours avant l’ouverture du Salon de l’agriculture, Nicolas Hulot a annoncé lors d’une conférence de presse , «I Field Good », une campagne qui veut «associer le plus grand nombre de citoyens  à la réforme de la PAC (Politique Agricole Commune) en cours » pour défendre un autre modèle agricole, basé sur la qualité et la proximité, et inspiré des pratiques de l’agriculture biologique et de l’agroécologie.  Les propositions sont issues d’une réflexion menée par la Fondation Nicolas Hulot avec le groupe PAC 2013.

 

Le processus de réforme de la PAC est jalonné par 2 dates clés (le vote en plénière du Parlement européen en mars et la négociation finale des chefs d’Etat en juin), à l’issue duquel les 500 millions de consommateurs et 11,7 millions d’agriculteurs européens connaîtront le visage de l’agriculture des 6 prochaines années. « Cette réforme ne peut pas se faire en catimini de la société et des citoyens » martèle Nicolas Hulot. Avec 50 milliards d’€ par an (dont 9,5 milliards attribués à la France), la PAC est le 1er budget européen et « les citoyens sont en droit d’être informés de ce que l’on fait de leur argent ». Nicolas Hulot rappelle l’échec des politiques agricoles des 40 dernières années qui ont généré une agriculture intensive en intrants (eau, engrais, pesticides) et en énergie, source de dégâts environnementaux. De surcroit, ce productivisme n’a pas permis la progression des revenus, et l’Europe, en 10 ans, a perdu 25% d’emplois agricoles.

 

 Les 4 orientations de I Field Good pour réformer la PAC

 

1) Favoriser le soutien à l’emploi agricole et à l’installation

Les aides de la PAC doivent cibler le maintien et la création d’emplois et cesser de favoriser l’agrandissement des exploitations existantes au détriment de la transmission.

 

2) Réorienter les aides vers une agriculture plus soucieuse de l’environnement

Soutenir les bonnes pratiques (comme la rotation de 4 cultures dont une plante légumineuse).

 

3) Revoir la répartition des aides

Actuellement, 85% des aides vont à 23% des agriculteurs. Le programme de I Fiel Good préconise une meilleure répartition des aides et une orientation de celles-ci vers les agriculteurs qui font des efforts pour préserver le climat.

 

4) Supprimer les subventions à l’exportation

Subventionnés par la PAC, les surplus agricoles européens se retrouvent sur les marchés du Sud moins chers que ceux produits sur place (poulets congelés, poudre de lait…). Résultat : Leur propre agriculture est déstructurée et leur développement entravé.

 

Pour mobiliser les citoyens en faveur d’une agriculture plus saine et plus solidaire, I Fiel Good a mis en ligne une pétition. Les signatures recueillies seront remises début juin au ministre de l’agriculture, qui représentera la France lors des négociations finales avant l’été.

Détail du programme et pétition www.ifieldgood.org

 

 

 

Une manifestation « contre l’élevage industriel » le 3 mars

 

L’Association NOVISSEN (Nos Villages Se Soucient de l’Environnement) vient d’annoncer une manifestation le 3 mars au Salon de l’Agriculture pour protester contre un projet de ferme-usine en Picardie qui associe un élevage géant de 1000 vaches et un méthaniseur de 1,5 MW. L’association NOVISSEN acronyme de "Nos vies saines", est née en 2011 sous l’impulsion de la population locale opposée à ce projet, dénoncé comme « alarmant pour la santé, la sécurité, l’environnement, destructeur pour l'emploi et immoral pour la condition animale ».

Le projet qui défraye la chronique a inspiré une pièce de théâtre jouée par des comédiens amateurs de la région :

http://picardie.france3.fr/2013/01/12/drucat-80-quand-les-1000-vaches-inspirent-sur-les-planches-179343.html

L214, une autre association opposée à l’élevage industriel, fait état d’un sondage d’OpinionWay (*) selon lequel 90% des personnes interrogées sont défavorables aux élevages qui concentrent les animaux dans des bâtiments fermés sans leur laisser d'accès à l'extérieur. 91% de ces personnes sont opposées à l'installation d'un élevage de 1000 vaches en projet dans la Somme.

(*) Enquête Opinion Way  réalisée le 20 et 21 février auprès d’un échantillon de 1007 personnes représentatif de la population de 18 ans et plus, via un questionnaire en ligne.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Une autre énergie est possible
  • Une autre énergie est possible
  • : Les énergies renouvelables, leurs enjeux et leurs usages au quotidien.
  • Contact

Profil

  • Mijo
  • Journaliste indépendante.
 
J'espère, à travers ce blog, contribuer à alimenter un débat démocratique sur nos choix énergétiques.
Un peu la tête dans les étoiles certes, mais les pieds sur terre dans des baskets bleues. Twit: Colorwatt
  • Journaliste indépendante. J'espère, à travers ce blog, contribuer à alimenter un débat démocratique sur nos choix énergétiques. Un peu la tête dans les étoiles certes, mais les pieds sur terre dans des baskets bleues. Twit: Colorwatt

Recherche

Liens