Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 01:12

 

Dans le groupe « contact des entreprises » auditionné dans le cadre du débat national sur la transition énergétique, on n’est pas tous du même avis. Alors que 130 entreprises se sont prononcées le 10 avril pour la prolongation du parc nucléaire français (ce qui remet en question l’objectif de réduction de l’atome dans le mix), 6 fédérations (France Energie Eolienne,  Club Biogaz ATEE, AFPG, Enerplan, FNB, Amorce ) donnent un point de vue différent, plaidant pour une stratégie ambitieuse dans le domaine des énergies renouvelables et une démarche décentralisée.

 

Ne pas rater le rendez-vous de la transition énergétique

 

Dans un communiqué, France Energie Eolienne rappelle les objectifs européens de production d’énergies renouvelables (23% de la consommation d’énergie en 2020) et les promesses du Président de la République « réduire la part d’électricité nucléaire à 50% d’ici 2025 », auxquels ces professionnels adhèrent, et précise :

 

« Cela nécessite une croissance très forte des capacités de production de chaleur et d’électricité renouvelable. Alors que la France a pris du retard sur ses engagements européens en matière d’énergie, la synthèse du groupe contact des entreprises de l’énergie du Débat national de la transition énergétique propose la continuité plutôt que la transition. France Energie Eolienne, Club Biogaz ATEE, AFPG, Enerplan, FNB (Fédération Nationale du Bois ), Amorce, membres de ce groupe appellent de leurs voeux à plus d’ambition des entreprises et de la France en matière de développement des énergies renouvelables ».

 

Pour le camp de FEE : « la transition énergétique doit d’abord se traduire par une politique ambitieuse en matière de maîtrise de la consommation énergétique, une augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique français, et plus généralement s’engager vers une économie bas carbone ».

 

Le scénario negaWatt cité favorablement

 

Alors que l’UFE (Union Française de l’Electricité) a violemment critiqué le scénario negaWatt, le groupe s’en inspire, du moins en partie.  La suite du communiqué :

 

« Les programmations pluriannuelles des investissements pour la chaleur et l'électricité avaient dès 2009 retenu une augmentation conséquente de la part d’énergie renouvelable produite en 2020. Pourtant, nous constatons que nous avons décroché de la trajectoire donnée. Il faut donc relancer vigoureusement les énergies renouvelables en France, et en parallèle les économies d’énergie. Les scénarios les plus ambitieux en termes de transition montrent qu’il est possible de créer 235 000 emplois en 2020 et 632 000 emplois en 2030, notamment dans le bâtiment et les énergies renouvelables (source : négaWatt).

 

Et pour finir, un plaidoyer pour une approche territoriale et décentralisée :

 

« Il faut s’engager résolument dans la transition de nouveaux modes de production et de consommation, respectueux de l’environnement. Une approche territoriale nouvelle doit être développée pour impliquer les acteurs locaux (entreprises, collectivités et populations) et développer une vision décentralisée de la transition avec une gouvernance adaptée. Donnons-nous les moyens d’une politique volontariste, créatrice d’emplois, porteuse de nouvelles technologies et raisonnée dans nos modes de consommation énergétique. Les signataires de ce communiqué s’engagent à rester mobilisés au sein du groupe de contact des entreprises de l’énergie du grand débat, afin de contribuer à l’émergence d’une conception d’une politique énergétique à la hauteur des enjeux de la transition énergétique ».

 

 

Un article du Monde révèle que Le MEDEF veut investir dans les gaz de schistes, maintenir le nucléaire et contingenter les énergies renouvelables. Le débat va être un peu sport.  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cécile 15/05/2013 15:13

Les énergies renouvelables posent un sérieux problème aux industriels du nucléaire. C'est que l'éolien et le solaire produisent déjà une électricité moins coûteuse que celle de tout nucléaire
nouveau, EPR entre autres.

http://energeia.voila.net/electri/cout_2016_pv_epr.htm

Et ce n'est qu'un début. Dans quelques années, une partie des systèmes photovoltaïques mis en service produira de l'électricité pour moins cher que les vieilles centrales nucléaires.

Présentation

  • : Une autre énergie est possible
  • Une autre énergie est possible
  • : Les énergies renouvelables, leurs enjeux et leurs usages au quotidien.
  • Contact

Profil

  • Mijo
  • Journaliste indépendante.
 
J'espère, à travers ce blog, contribuer à alimenter un débat démocratique sur nos choix énergétiques.
Un peu la tête dans les étoiles certes, mais les pieds sur terre dans des baskets bleues. Twit: Colorwatt
  • Journaliste indépendante. J'espère, à travers ce blog, contribuer à alimenter un débat démocratique sur nos choix énergétiques. Un peu la tête dans les étoiles certes, mais les pieds sur terre dans des baskets bleues. Twit: Colorwatt

Recherche

Liens