Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 11:31

 

Ce n'est pas le scénario d'un nouveau film de James Cameron, mais bien une histoire vraie. Le Parc Amazonien de Guyane, la plus grande aire protégée de l’Union Européenne en milieu tropical, abrite une forêt exceptionnelle et la Crique Limonade, lieu paradisiaque prisé des botanistes et des amateurs de canoë. Sa biodiversité est maintenant menacée par l’exploitation aurifère. La Fondation Nicolas Hulot dénonce une autorisation incompréhensible.

 

Le communiqué de la FNH :

 

En Guyane française, le Ministre du Redressement Productif vient de délivrer un permis d’exploitation aurifère dans une zone pourtant interdite à l’exploitation minière. La Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme (FNH), au côté de Guyane Nature Environnement et d’autres organisations environnementales, demande l’annulation de cette autorisation incompréhensible.

Cet arrêté (JO du 11 décembre) octroie un permis d’exploitation à la société aurifère REXMA, sur la Crique Limonade, située dans la zone d’adhésion du Parc national amazonien de Guyane, à proximité du village de Saül, porte d’entrée du Parc. Pourtant, depuis le 1er janvier 2012, le Schéma Départemental d’Orientation Minière (SDOM) classe la zone comme interdite à ces activités. Ce schéma avait fait l’objet d’une large concertation avec toutes les parties prenantes dont la FNH. Cette décision unilatérale est incompatible avec les textes en vigueur. Elle est aussi en contradiction avec le processus de consultation de la Charte du Parc Amazonien et les objectifs de concertation en cours sur la réforme du code minier.

 

Une biodiversité remarquable en danger

Cette exploitation minière aura des conséquences majeures sur la zone cœur du Parc national où se déploie ensuite la Crique Limonade: mise en suspension des sédiments, pollution au mercure, altération de la faune piscicole et des chaînes alimentaires, conséquences sanitaires…

Cette décision est également d’autant plus incompréhensible qu’elle concerne une région à vocation écotouristique. Elle suscite l’opposition des élus guyanais et des habitants de la commune de Saül engagés dans une politique de valorisation de la biodiversité de leur territoire.

 

La FNH demande l’annulation de ce permis d’exploitation

Au moment où les Ministres vont recevoir leur feuille de route pour 2013 suite à la Conférence environnementale, la Fondation Nicolas Hulot demande au gouvernement de réaffirmer ses engagements en faveur de la biodiversité, et particulièrement dans les Outre-mer. La Fondation appelle aussi le Premier Ministre à confirmer l’importance des Parcs nationaux comme outil de protection et de valorisation des zones cœur de biodiversité.

Pour Jean-Jacques Blanchon, coordinateur Biodiversité, Agriculture et Territoires de la FNH : «S’agissant de la biodiversité à partir de laquelle se construira l’aventure humaine de demain, l’improvisation ne peut durablement tenir lieu de politique».

 

Source : Communiqué de la Fondation Nicolas Hulot

 

Pour empêcher le massacre :

Une Association locale à Saül, l’ASCDE, fait circuler une pétition sur le net :

http://www.abonentendeur-saul.net/index.html

Sur le blog de WWF Guyane aussi :

http://guyane.wwf.fr/tag/rexma/

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Une autre énergie est possible
  • Une autre énergie est possible
  • : Les énergies renouvelables, leurs enjeux et leurs usages au quotidien.
  • Contact

Profil

  • Mijo
  • Journaliste indépendante.
 
J'espère, à travers ce blog, contribuer à alimenter un débat démocratique sur nos choix énergétiques.
Un peu la tête dans les étoiles certes, mais les pieds sur terre dans des baskets bleues. Twit: Colorwatt
  • Journaliste indépendante. J'espère, à travers ce blog, contribuer à alimenter un débat démocratique sur nos choix énergétiques. Un peu la tête dans les étoiles certes, mais les pieds sur terre dans des baskets bleues. Twit: Colorwatt

Recherche

Liens