Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 00:29

Dans ce secteur au moins, Nicolas Sarkosy n’a pas besoin des dents en acier de Requin - l’ennemi de James Bond - pour tirer la croissance.
  
AAER SAS : Nouvelle entité européenne dans l’éolien

Valorem, bureau d’études français dans les énergies renouvelables et AAER, fabricant canadien de grandes éoliennes se sont associés pour créer une filiale européenne commune AAER SAS, destinée à devenir, "le premier fabricant français de grandes éoliennes" selon Valorem. Dans un 1er temps, AAER SAS, détenue à 67% par AAER et à 33% par Valorem, sera chargée de commercialiser le modèle A-2000 de AAER (une éolienne de 2 MW) en France et au Royaume-Uni.
    Installée près de Bordeaux, AAER SAS envisage aussi de créer une usine de fabrication de pales en 2009 et une autre usine d'assemblage d'éoliennes en 2010 qui, avec un centre d'essai éolien, et un centre de recherche, formeraient d'ici 2010 un pôle industriel qui devrait compter 200 emplois directs. Objectif : une centaine de machines d’ici 2010, soit une puissance de 200 MW.
    Valorem (Bègles, Aquitaine) a développé et construit sept projets éoliens pour un total d'environ 70 MW. AAER (Québec) est un constructeur d'éoliennes qui a mis au point  des solutions techniques performantes pour que ses éoliennes exploitent au mieux les ressources en vent et s’intégrent à tout réseau existant.

 
GDF acquiert Nass & Wind Technologie et crée GDF Futures Energies
 
GDF vient d’acquérir Nass & Wind Technologie (CA de 4 Millions d'euros en 2007), un pionnier de l’éolien en Bretagne. Cette SARL fondée en 2000 à Lorient par Nathalie Le Meur et Peter Nass, a été créée avec des capitaux familiaux car aucune banque ne voulait lui apporter son soutien. Elle n’en est pas moins devenue le 5ème acteur du secteur en France, construisant une éolienne sur 5 dans la région et gérant ses propres parcs.  Nass & Wind Technologie exploite aujourd’hui une capacité installée de 34 MW et dispose d'une autorisation de construction de 150 MW à court terme et d'un portefeuille de projets d'environ 1 500 MW.
   Pour GDF, cette acquisition s’inscrit dans une stratégie de croissance de ses activités dans les énergies renouvelables. Avec 145 MW installé, le parc éolien de GDF est le plus important de France. Une nouvelle entité « GDF Futures Energies » a été créée pour regrouper toutes les activités et filiales de GDF dans les EnR.

 
EDF EN : Le résultat dépasse les prévisions, tiré par l’éolien
 
Entre 2006 et 2007, EDF Energies Nouvelles a multiplié par 2,2 son résultat net qui est passé de 21,9 millions à 51,4 millions d'euros. Cette forte croissance repose en grande partie sur une accélération des mises en service de parcs éoliens (principalement en Italie, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis), ainsi que des mises en construction. EDF EN dispose de 1 218 MW de capacités installées (+50%). Toutes filières confondues, cette capacité est désormais de 1 443 MW, en hausse de 39% par rapport à fin 2006. Les parcs en construction, quant à eux, représentent au 31 décembre 2007, 1 100 MW bruts contre 615 MW un an plus tôt (+79%). Dans le cadre de son activité Développement-Vente d’Actifs Structurés, EDF Energies Nouvelles a poursuivi en 2007 la construction de parcs pour compte de tiers et notamment de deux parcs d’envergure aux Etats-Unis totalisant 292 MW.
   EDF Energies Nouvelles indique poursuivre le développement de son activité éolienne. Au 31 décembre 2007, le groupe disposait de 1.095 MW (dont 630 MW nets) en construction qui entreront en service en 2008 et début 2009.
 
Repost 0
Published by Mijo - dans éolien
commenter cet article
25 février 2008 1 25 /02 /février /2008 22:28
« Des éoliennes urbaines dans le 12ème, c’est possible ! »
 
La proposition est de Christophe Najdovski, conseiller de Paris, tête de liste des Verts aux élections municipales dans le 12ème arrondissement.
   Intérêt : Gagner des certificats d’économie d’énergie pour compenser en partie les émissions incompressibles de gaz à effet de serre et améliorer le bilan carbone de la Ville. Dans ce but, les Verts, lors du débat sur le plan climat, ont fait adopter un amendement pour réaliser une étude sur les potentialités du solaire et de l’éolien de la capitale. Celle-ci permettra de recenser les surfaces pouvant accueillir des installations. Pour l’éolien, des emplacements tels que des toitures ou des délaissés urbains sont envisagés.
   « Dans le 12ème, un délaissé existe entre le stade Léo Lagrange et le boulevard périphérique, à la porte de Charenton. L’installation d’éoliennes à cet endroit, si elle s’avère possible, viendrait en outre animer ce lieu, particulièrement délaissé aujourd’hui. L’étude devra aussi préciser s’il est possible d’implanter des éoliennes, y compris de grande hauteur, ponctuellement à proximité des échangeurs du périphérique.
     Ainsi, plutôt que d’installer de vulgaires tours de bureaux à la porte de la Chapelle dans le 18e, à Masséna dans le 13e, et à la porte de Bercy dans le 12e, installons-y plutôt des éoliennes ! » précise le programme des Verts. Dans le 12ème, la campagne électorale n’a pas fini de décoiffer...
 

NB : Des éoliennes dans le 12ème arrondissement…il y en a déjà

Où ?
Dans la vitrine de Cap-enr (123 avenue Daumesnil) qui distribue les éoliennes du finlandais Windside. Outre leur design élancé, ces éoliennes à axe vertical ont certains atouts: Production à partir de vents faibles (1,5m/s à 2,8m/s), résistance aux conditions climatiques extrêmes (-40° à plus 50°) et aux vents de plus de 130 km/h, insertion harmonieuse en milieu urbain. A la différence des éoliennes à axe horizontale, elles ne sont pas destinées à la revente d’électricité mais à la production pour un usage autonome.
 
Repost 0
Published by Mijo - dans éolien
commenter cet article
23 février 2008 6 23 /02 /février /2008 23:19
Sur le thème : « comprendre l'actualité et décrypter le futur des énergies renouvelables en Europe », la 3ème édition de la conférence internationale DERBI aura lieu les 5, 6 et 7 juin 2008 à Perpignan (Palais des Congrès).
 
Cette année, DERBI sera sous le signe de l’innovation et du développement international.
Innovation car elle accueille la 2ème édition des Rencontres du PREBAT (Programme de Recherche et d’Expérimentation sur l’Energie dans le Bâtiment) qui réuniront 600 spécialistes européens dans le domaine de l’énergie appliquée au bâtiment.
 
Développement international car elle invite la Californie, creuset de start-up et de PME dynamiques dans les EnR. Une délégation du pôle DERBI avait établi un premier contact en Californie et rencontré des leaders du photovoltaïque comme Sunpower (Numéro 1 aux USA) et des sociétés comme Google très impliquée dans ce secteur (ses toits et ses parkings sont recouverts de photovoltaïque pour une puissance de 1,6 MWc).
 
DERBI est un pôle de compétitivité qui réunit les acteurs des énergies renouvelables en Languedoc-Roussillon (entreprises, laboratoires, universités, organismes professionnels, et collectivités territoriales). Sa mission : développer l’innovation, la recherche, la formation, le transfert de technologie, et la création d’entreprises dans le domaine des EnR appliquées au bâtiment et à l’industrie.
 
Plus d’infos sur www.pole-derbi.com
 
Repost 0
Published by Mijo - dans solaire
commenter cet article
22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 00:16
A la demande d’OpinionWay, Eco-Emballages a réalisé une étude sur « l’enjeu des déchets dans les élections municipales » en interrogeant un échantillon de 1130 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus, et de 400 élus ou candidats aux élections municipales.
 
Si tous placent le traitement des déchets en tête de leurs préoccupations environnementales et plébiscitent le tri comme moyen de préserver l’environnement, « l’utilisation de nouvelles formes d’énergies renouvelables » vient juste ensuite.
 
Q : Pour chaque grande question écologique suivante, diriez-vous qu’elle vous préoccupe beaucoup, un peu, pas tellement ou pas du tout ?
Ont répondu «beaucoup » :
 
                                                                                    Grand public           Elus et candidats
 
Le traitement des déchets                                                   74%                           92%
L’usage de nouvelles formes d’EnR                                  71%                          82%
Le réchauffement climatique                                               70%                           64%
L’usage des pesticides dans l’agriculture                        65%                           61%
Le trou dans la couche d’ozone                                           58%                           46%
Les OGM                                                                                   47%                           34%
L’énergie nucléaire                                                                 37%                           30%
 
Quand ils passent à l’acte, les français déclarent d’abord trier et économiser l’électricité.
 
Q : Vous personnellement, pour participer activement à la protection de l’environnement, faites-vous déjà ou seriez-vous prêt à… ?
 
Trier et recycler vos déchets                                                              87%
Economiser l’électricité                                                                      84%
Ne pas utiliser de sacs plastiques pour les courses                  77%
Réduire votre usage de produits ménagers toxiques                  71%
Consommer moins d’eau du robinet                                              67%
Traiter spécifiquement vos déchets dangereux                             64%
Boycotter les entreprises qui polluent                                              51%
Moins utiliser la voiture                                                                        50%
Consommer plus de produits bio, même plus chers                   28%

Pour ne plus rien ignorer du tri, rendez vous sur www.ecoemballages.fr                               
Repost 0
Published by Mijo - dans opinions
commenter cet article
20 février 2008 3 20 /02 /février /2008 18:26
Au dernier salon Interclima (5 au 8 février 2008), Gaz de France, CMB , Hager et Architectures à Vivre  présentaient « Construisons Demain » un intéressant prototype de maison à basse consommation, parrainé et soutenu par le WWF. Composée de 3 modules en bois, la maison est organisée autour d'un patio qui se couvre d'une verrière mobile de 16 m2 en hiver. Elle est équipée de 10 m2 de panneaux photovoltaïques et utilise une solution Dolce Vita Premium couplant gaz naturel et l’énergie solaire pour le chauffage (planchers chauffants) et l'eau chaude. Sa consommation est estimée à 30kWh/m2/an. Le prix d’une telle maison est évalué à 160000 euros pour 190 m2 (hors prix du foncier).
 
Le prototype « Construisons demain » sera présenté avec de nouveaux aménagements à la prochaine Foire de Paris (en mai 2008)
 
Les atouts du bois 
Les maisons en bois ont des propriétés bioclimatiques et consomment 30 à 40% d’énergie en moins que les habitations traditionnelles. Le bois devient donc un créneau intéressant pour les constructions HQE (Haute Qualité Environnementale). Revers de la médaille : La demande a explosé et la filière peine à recruter. Pour encourager des vocations, l’ENSTIB (Ecole nationale des Industries du Bois) d’Epinal avec le département des Vosges et d’autres structures de la région organisent chaque année depuis 4 ans « Les Défis du Bois », un concours de construction en bois pour les élèves ingénieurs et futurs architectes. Il se tient cette année du 21 au 27 février au Centre des Congrès d’Epinal et accueille pour la 1ère fois, outre des candidats français, des étudiants de Belgique, Suisse, Canada, Allemagne et République Tchèque.
 
Plus d’infos sur les maisons en bois : http://www.maisons-bois.com
Prochain rendez-vous : Salon Ecobat, le salon de l’éco-construction, du 14 au 16 mars à Paris (Porte de Versailles).
Repost 0
19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 18:47
000_0016.jpg
















« Si l’homme a marché sur la lune il y a un peu plus de 30 ans,
On devrait pouvoir installer des panneaux solaires à Paris… »
 
C’est le point de vue de Guillaume de Monfreid, architecte et dessinateur, qui était invité le 18 février au Café Energie organisé par l’EDIF (association Energies Durables en Ile de France) et le CAUE (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement) de Paris.
Et il est bien révélateur des nombreux freins à l’intégration de cette nouvelle source d’énergie dans les centres urbains de France. Le premier : La législation sur les monuments historiques qui précise qu’un immeuble classé ne peut être modifié, même en partie, sans l’accord préalable du ministère de la Culture (DRAC). De surcroît, toute modification effectuée dans le champ de visibilité d’un bâtiment classé (soit à moins de 500m), doit obtenir l’accord de l’architecte des bâtiments de France.
 
Autrement dit, si vous souhaitez poser des panneaux solaires sur le toit de votre copropriété parisienne, ne rêvez pas trop. Vous vous heurterez à de fortes contraintes techniques et architecturales. Techniquement, il faut avoir un toit dégagé, bien exposé au sud. Il y en a. Côté architecture, c’est une autre paire de manches. Vous êtes à moins de 500 m d’un monument historique ou d’un immeuble classé ? C’est l’architecte des bâtiments de France qui décide et la plupart sont frileux sur ces questions, convaincus que le panneau solaire ne peut que nuire à l’harmonie esthétique. « Mais beaucoup de toits de Paris sont gris/bleu et les panneaux solaires bleu/gris pourraient très bien se fondre avec les autres toitures », objecterez-vous. L’argument risque fort d’être rejeté « Vous comprenez, ce ne sont pas les mêmes matériaux…» .La solution viendra peut-être de la technologie. Le silicium amorphe permet d’intégrer les propriétés des modules solaires à n’importe quel substrat (du zinc, par exemple) et on peut espérer bientôt rendre un toit ou une façade « solaire », avec juste un ravalement spécial.
 
En attendant, ne vous découragez pas. Dans le cadre d’une rénovation ou d’un immeuble neuf, le panneau solaire est possible. Le CAUE (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement) de Paris a même prévu d’éditer prochainement (avec l’ADEME, la Direction de la Ville de Paris et la Commission du vieux Paris) « une fiche pédagogique» qui offrira des « pistes de réflexion » (mais pas de conseils pratiques) sur les installations solaires.  
 
Notre maire Bertrand Delanoë, lui, est bien décidé à faire de Paris « une capitale mondiale de l’énergie solaire ». C’est inscrit dans l’un des 6 défis prioritaires de son programme. Objectifs : installer 3300m2 de panneaux photovoltaïques sur les toits de la halle Pajol pour en faire la plus grande unité de production photovoltaïque au cœur d’une ville en France. L’Office HLM de Paris devrait installer aussi 10000m2 de panneaux, sur les immeubles qu’il gère et les nouvelles constructions relevant de la municipalité devraient être systématiquement équipées de capteurs solaires. Enfin la Ville engagera, en partenariat avec les copropriétés volontaires, un vaste plan d’installation de panneaux photovoltaïques là où c’est techniquement possible. Au total, ces actions devraient permettre l’installation de 200000m2 de panneaux solaires d’ici 2014.
 
Ouf. On n’est pas si coincés dans notre Ville musée. On espère seulement que les architectes des bâtiments de France ne recaleront pas trop de projets.
 
 
NB :  Pour éviter de céder à cette mode bobo qui horripile tant Christine Lagarde (« Nous ne voulons pas d’une ville bobo », a-t-elle récemment déclaré au journal Economie Matin), et surtout de dépenser de l’énergie et de l’argent en pure perte, posez -vous quand même la question : Ai-je  vraiment besoin de panneau solaire à Paris ? Certains quartiers parisiens bénéficient d’un accès au CPCU (Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain), un système de chauffage/ eau chaude performant et bon marché (réseau de chaleur urbaine). Dans ce cas, le panneau solaire a peu d’intérêt.
Repost 0
Published by Mijo - dans solaire
commenter cet article
18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 17:31

Après un article du Figaro « Eoliennes, miracle ou arnaque ?», c’est Le Monde dans son édition du 15 février qui sonne la charge « Plus d’éoliennes, pas moins de CO2 ». Quelle équation… Euclide en serait retourné.

 

L’article de Hervé Kempf cite une étude de la Fédération environnement durable , un regroupement d’associations opposées aux éoliennes qui dit en substance : l’Allemagne et l’Espagne qui ont augmenté leur parc éolien ont vu leur part d’émission de CO2 croître ( respectivement de 1,2% et 10,4% de 2000 à 2005), et le Danemark qui a vu les siennes baisser de 11% ne le doit pas à ses efforts dans l’éolien, mais au doublement de ses importations d’électricité ! Peu convaincant. La croissance d’émissions de CO2 des pays cités est plus vraisemblablement corrélée à leur dynamisme économique.

 

Le Bilan prévisionnel 2007 de RTE, (cité dans l’article, mais pas complètement exploité) est lui très instructif.

   Il précise (p49) que « l’éolien contribue au passage des pointes de consommation, et réduit les besoins en équipements thermiques nécessaires pour assurer le niveau de sécurité d’approvisionnements souhaité »   

   Dans le cadre d’une évaluation de l’équilibre offre-demande d’électricité en 2020 (p. 72), 4 scénarios sont envisagés par RTE avec des offres de production modulées : De ces 4 scénarios, celui de la variante « éolien faible » (soit une puissance éolienne de 10 GW au lieu de 17 GW dans les autres schémas) est celui qui génère le plus d’émissions de CO2 (32, 4 Mt) et offre le ration d’EnR le plus faible (18% contre 20,7%).

 

Repost 0
Published by Mijo - dans éolien
commenter cet article

Présentation

  • : Une autre énergie est possible
  • Une autre énergie est possible
  • : Les énergies renouvelables, leurs enjeux et leurs usages au quotidien.
  • Contact

Profil

  • Mijo
  • Journaliste indépendante.
 
J'espère, à travers ce blog, contribuer à alimenter un débat démocratique sur nos choix énergétiques.
Un peu la tête dans les étoiles certes, mais les pieds sur terre dans des baskets bleues. Twit: Colorwatt
  • Journaliste indépendante. J'espère, à travers ce blog, contribuer à alimenter un débat démocratique sur nos choix énergétiques. Un peu la tête dans les étoiles certes, mais les pieds sur terre dans des baskets bleues. Twit: Colorwatt

Recherche

Liens