Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 22:20

 

La France est en récession, le chômage est en hausse, tous les indicateurs sont en rouge. Raisons de plus pour s’intéresser aux idées du « Collectif pour une Transition Citoyenne »  (*) qui défend « un nouveau modèle écologique et social »  porteur de « un million d’emplois non délocalisables et utiles à l‘ensemble de la société». Une utopie ? Non, un projet à long terme, inspiré d’expériences qui marchent déjà. Et pour ceux qui en doutent, il s’appuie même sur quelques chiffres présentés lors d'une conférence de presse le 21 mai.

  

   Pour la partie énergétique, il reprend le scénario NégaWatt qui, en mettant l’accent sur la rénovation des logements, les énergies renouvelables et les économies d'énergie, permet de créer 235 000 emplois en 2020 et plus de 600 000 en 2030 (selon une étude très précise de Philippe Quirion, économiste du laboratoire CNRS-CIRED).

  

   Pour la partie agricole, il s’inspire du scénario  Afterres 2050 de Solagro qui préconise un programme de relocalisation de la production et des achats alimentaires. Selon un « convertisseur alimentaire »  mis au point par Terre de Liens Normandie, ce programme conduit à un solde positif de 600 000 emplois. Schématiquement : On évalue les besoins d’une commune, la surface nécessaire pour produire, les équipements indispensables, puis on détermine le nombre de paysans à installer, explique Philippe Cacciabue, directeur de la Foncière Terre de Liens (attention, le régime alimentaire a un impact et le convertisseur n’est pas fait pour calculer l’autonomie totale). Reste que ce ne sont pas des élucubrations. Des études menées aux Etats-Unis (dont une publiée dans la Harvard Business Review) sur le « coefficient multiplicateur » de l’achat local, confirme ces données.

 

A l’appui, plusieurs actions concrètes menées avec succès par les membres du Collectif sont citées, dont :

Les 1600 AMAP (Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) qui alimentent près de 200 000 consommateurs via 50 000 familles adhérentes. Les 120 jardins bio du réseau des jardins de Cocagne qui sont cultivés par 4000 jardiniers en insertion professionnelle et fournissent chaque semaine des paniers de légumes, de fruits et de fleurs à 20 000 familles. Les 100 fermes bio (sur 2500 hectares) détenues collectivement par 10 000 citoyens (actionnaires, donateurs, adhérents) du Mouvement Terre de Liens (pour 30 millions d’€ d’investissement et 1 million d’€ de dons). Les 4 millions d’€ collectés auprès de 2300 citoyens pour financer des projets décentralisés d’énergie renouvelable via Energie Partagée. Les 70 000 personnes du mouvement Colibris qui participent à différentes actions solidaires locales.

 

Une sobriété heureuse plutôt qu’une ébriété consumériste

Au Festival de la Transition (du 24 au 26 mai à Cluny), les réseaux membres du Collectif feront le 25 mai, une déclaration commune. Il s’agit d’un appel à une transformation non-violente de la société, le choix d’une forme de sobriété heureuse plutôt que celui d’une ébriété consumériste.  Pour participer, on peut privilégier l’approvisionnement local et les circuits courts, choisir un fournisseur coopératif d’électricité verte, placer son argent dans des projets éthiques, intégrer une coopérative d’habitants, participer à une recyclerie, à une crèche parentale, financer la production locale d’énergies renouvelables ou s’impliquer dans un mouvement solidaire.

 

Le Collectif n’a pas vocation à devenir un mouvement politique et souhaite œuvrer surtout à l’échelle locale. A-t-il quelques points communs avec le mouvement « 5 étoiles » animé par Beppe Grillo en Italie ? Non. On n’en a jamais parlé, répond Cyril Dion, Directeur des Colibris. « A la rigueur, sur certaines prises de position, on rejoint un peu EELV (Europe Ecologie Les Verts)… » déclare Cyril Dion que la politique ne semble pas beaucoup inspirer.  Il finit par avouer que la personnalité qui l’a enthousiasmé le plus, c’est Barack Obama, « une personne intègre » qui, malgré ses qualités « n’a pas pu faire le quart du dixième de ce qu’il voulait faire parce qu’il s’est heurté aux lobbies et aux parlementaires qui refusaient les grands changements perçus comme des suicides politiques». C’est dire si certaines mutations sont difficiles. Bref, le collectif n’annoncera pas « le grand soir » mais plutôt « les petits matins ». Une transition, somme toute, très zen.

 

(*) Le Collectif pour une Transition Citoyenne réunit 12 mouvements alternatifs : les AMAP, l’association Attac, les magasins Biocoop, le réseau Cocagne (jardins maraichers biologiques à vocation d’insertion sociale et professionnelle), la CFé (coopérative de finance éthique), le mouvement Colibris, Enercoop (fournisseur d’électricité verte), Energie Partagée (projets citoyens d’énergies renouvelables et de maîtrise de l’énergie), la Nef (épargne et crédit bancaires éthiques), la foncière Terre de Liens (financement solidaire pour permettre l’installation de paysans et le développement d’une agriculture bio), le Plan ESSE (Economie Sociale, Solidaire et Ecologique), Villes et Territoires en transition (le réseau français du mouvement mondial Transition Network).

 

Quelques compléments :

Focus sur le scénario NegaWatt  et sur les pistes des Colibris

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Une autre énergie est possible
  • Une autre énergie est possible
  • : Les énergies renouvelables, leurs enjeux et leurs usages au quotidien.
  • Contact

Profil

  • Mijo
  • Journaliste indépendante.
 
J'espère, à travers ce blog, contribuer à alimenter un débat démocratique sur nos choix énergétiques.
Un peu la tête dans les étoiles certes, mais les pieds sur terre dans des baskets bleues. Twit: Colorwatt
  • Journaliste indépendante. J'espère, à travers ce blog, contribuer à alimenter un débat démocratique sur nos choix énergétiques. Un peu la tête dans les étoiles certes, mais les pieds sur terre dans des baskets bleues. Twit: Colorwatt

Recherche

Liens